Tebboune prend les rênes du MAEP pour renforcer la coopération et la gouvernance en Afrique

0
Tebboune prend les rênes du MAEP pour renforcer la coopération et la gouvernance en Afrique
Google Actualites 24H Algerie

Le Président Abdelmadjid Tebboune prend la présidence du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, nouveau Président du Forum des chefs d’État et de gouvernement du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), succède au Président de la République de Sierra Leone, M. Julius Maada Bio, ancien Président du Forum, a annoncé la présidence dans un communiqué officiel.

Dans ses déclarations à cette occasion, le Président Tebboune a souligné l’importance et la pertinence de cette mission au sein du contexte africain actuel, marqué par des défis majeurs liés au développement, à la sécurité, à la stabilité, à la bonne gouvernance et à la préservation contre les changements anticonstitutionnels de régimes.

Le Président a également rendu hommage aux fondateurs du Mécanisme du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), rappelant que l’Algérie, aux côtés de l’Afrique du Sud, du Sénégal et du Nigeria, a joué un rôle prépondérant dans la conception et la mise en œuvre de cette initiative qui a donné naissance au Mécanisme d’évaluation par les pairs.

Affirmant la confiance continue de l’Algérie dans les valeurs, les principes et les objectifs du MAEP, le Président a souligné l’engagement du pays à contribuer à la consolidation de cette structure dans le paysage politique, économique et social africain.

« Je travaillerai dur pendant mon mandat à la tête de ce mécanisme continental, en comptant sur votre aide et votre soutien, pour garantir que notre Forum soit un espace ouvert et coopératif, et fonctionne dans un esprit de camaraderie, d’amitié et d’amitié et permettre à nos frères et collègues d’autres pays d’y adhérer afin que nous puissions contribuer ensemble, dans un cadre dominé par la loyauté, l’honnêteté et la réflexion, à promouvoir la bonne gouvernance dans nos pays et dans les régions d’Afrique que nous souhaitons », a appuyé le président algérien.


Et de poursuivre : »Je voudrais également souligner que l’Algérie assumera la présidence du forum avec un engagement total pour que le mécanisme africain puisse contribuer dans la mesure requise à l’œuvre du continent africain en faveur de la paix et de la stabilité ».

Le Président Tebboune a insisté sur la singularité du MAEP, le décrivant comme un espace de dialogue vaste et sécurisé permettant l’échange de visions, d’idées et d’analyses entre les nations africaines. Il a souligné que ce mécanisme offre une plateforme unique pour l’entraide dans la recherche de solutions aux défis communs rencontrés par les pays, les régions et le continent dans son ensemble.

Acceptant avec fierté et détermination la direction du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs pour les deux prochaines années, le Président Tebboune a exprimé sa conviction quant au soutien de ses prédécesseurs dans l’accomplissement de cette mission noble et cruciale pour l’Afrique.

Pour rappel, le MAEP est un instrument d’autoévaluation volontaire de la performance des États membres en matière de gouvernance, lancé à la faveur du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD). L’Algérie, le Sénégal et le Nigéria sont les membres fondateurs du NEPAD.


« Le MAEP est un accord volontaire conclu entre les États africains pour évaluer et réviser systématiquement la gouvernance au niveau des chefs d’État afin de promouvoir la stabilité politique, l’intégration économique accélérée au niveau sous-régional et continental, la croissance économique et le développement durable. En adhérant au MAEP, les États membres conviennent d’évaluer indépendamment  la conformité à leurs engagements africains et internationaux en matière de gouvernance », est-il détaillé sur le site de l’Union africaine.

La performance et les progrès sont mesurés, selon la même source, dans quatre domaines thématiques : « la démocratie et la gouvernance politique, la gouvernance et la gestion économiques, la gouvernance d’entreprise et le développement socio-économique ».

Article précédentCôte d’Ivoire-RDC et Nigeria-Afrique du Sud : les demi-finales décisives d’une CAN singulière
Article suivantHamza Benhamouda nouveau PDG d’Air Algérie

Laisser un commentaire